• Search:

Maladies cardiaques / Maladie coronarienne / Les médicaments de la maladie coronarienne







Les médicaments de la maladie coronarienne


Nous nous limitons ici aux médicaments employés contre l’angine de poitrine stable et après l’infarctus, respectivement un acte de revascularisation coronarienne comme le pontage ou l’angioplastie. Le traitement à l’hôpital des syndromes coronariens aigüs n’est pas discuté.
On distingue les catégories suivantes:

1) Les médicaments anti-ischémiques

Il s’agit des dérivés nitrés (nitrates) et de la molsidomine. Ces molécules dilatent les coronaires et améliorent ainsi le flux sanguin préalablement ralenti par une sténose. Largement utilisés comme traitement de fond de l’angor d’effort stable, ils sont utiles sous forme de spray sublingual ou de pilule à croquer pour soulager rapidement une crise d’angor. Leur effet de vasodilatation permet également de réduire la surcharge pulmonaire due à un muscle cardiaque défaillant (insuffisance cardiaque).
NB: la prise, avec les dérivés nitrés, de médicaments qui potentialisent l’érection peut provoquer des chutes brutales de la pression artérielle et doit donc être évitée!

2) Les beta-bloquants

Ils agissent essentiellement en relaxant le myocarde et en ralentissement la fréquence cardiaque, permettant au coeur de consommer moins d’oxygène et de fonctionner donc avec un meilleur rendement.
Utilisés largement contre l’angine de poitrine, ils sont quasiment indispensables après un infarctus. Leur mode d’action complexe sur le coeur et les vaisseaux en fait des médicaments également efficaces contre les troubles du rythme, l’insuffisance cardiaque, deux situations fréquentes après l’infarctus; ainsi que dans l’hypertension artérielle.

3) Les anti-aggrégants plaquettaires

On distingue l’aspirine et le Clopidogrel qui combattent la formation de thrombus intra-artériels, en particulier intra-coronariens. L’aspirine est indispensable dans toutes les pathologies artérielles, qu’elles concernent le coeur, le cerveau ou les artères périphériques comme celles des jambes ou des reins. Elle est utilisée autant en prévention primaire, donc avant un accident vasculaire aigü ou secondaire, après un accident aigü. Le Clopidogrel est surtout employé comme alternative à l’aspirine, notamment en cas d’allergie à celle-ci. NB: le Clopidogrel est indispensable pendant plusieurs mois, sinon à vie, après une dilatation (angioplastie) des coronaires. Son oubli peut causer une thrombose de la coronaire fraîchement dilatée.

4) Les statines

On sait aujourd’hui que plus les lipides sanguins, c-à-d le cholestérol, sont élevés, plus le risque d’accident cardiovasculaire aigü est élevé, et vice - versa. Les statines sont donc indispensables dans le traitement préventif primaire et surtout secondaire (après infarctus ou revascularisation coronarienne).

5) Les inhibiteurs de l’enzyme de conversion et les sartans

Ces médicaments ont un effet vasodilatateur; ils augmentent le diamètre des artères et réduisent ainsi la pression artérielle, ce qui entraîne une diminution de la charge de travail du coeur. En particulier après l’infarctus, ce mécanisme réduit la déformation du muscle cardiaque lésé. En réduisant sa déformation, ils permettent au muscle cardiaque de travailler de façon plus efficace et d’éviter ou de minimiser à long terme la défaillance, c-à-d l’insuffisance cardiaque. Ils sont, vu leur mécanisme d’action, également utiles dans le traitement de l’hypertension.

En résumé, retenons: B - A - S - I C:
• B comme ß-bloquant;
• A comme Aspirine (et Clopidogrel);
• S comme statine;
• IC comme inhibiteur de l’enzyme de conversion (et sartan);
• en plus chez le patient souffrant d’angine de poitrine: dérivés nitrés.

Les traitements non médicamenteux de la maladie coronarienne

Retour